- Culture, Seconde Guerre mondiale, presse-communiques

75e anniversaire de la libération des camps de concentration

Commémoration des victimes et héros de la déportation. Photo du 26 avril 2015 ©Martin Launay / Ville de Saint-Nazaire - Agrandir l'image, .JPG 214Ko (fenêtre modale)
Commémoration des victimes et héros de la déportation. Photo du 26 avril 2015 ©Martin Launay / Ville de Saint-Nazaire

Le 26 avril 2020, une cérémonie devait se tenir pour commémorer le 75e anniversaire de la libération des camps de concentration et d'extermination nazis. La crise sanitaire en cours empêche la tenue de cet événement. La Ville de Saint-Nazaire souhaite néanmoins honorer le courage et la mémoire des victimes de la déportation. Mise à jour 24 avril 9h.

Le 19 avril 1945, les 21 000 déporté.es rescapé.es de Buchenwald se réunissaient sur la place d’appel du camp pour faire toutes et tous ensemble le serment que le martyr des camarades mortes et morts en déportation à Buchenwald, Dora, dans les commandos et au cours des marches de la mort, ne sera jamais oublié. Et qu’ensemble, jusqu’au bout, les survivant.es combattront les fléaux que sont pour l’humanité : le fascisme, l’antisémitisme, le racisme et la haine de l’autre. Ce serment, qui lie toujours les survivant.es de Buchenwald, Dora et leurs commandos, a préfiguré la Charte universelle des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 1945.

Dès le début des années 1950, les ancien.es déporté.es et les familles de disparu.es expriment le souhait de voir inscrite dans le calendrier national une date réservée au souvenir de la déportation. La loi du 14 avril 1954 fait du dernier dimanche d’avril une journée de célébration nationale. Cette année, elle se déroulera le dimanche 26 avril 2020. C'est également à cette date qu'il sera célébré le 75e anniversaire de la libération des camps.

Christiane Cabalé, le parcours d'une Nazairenne rescapée de l'enfer

Christiane Cabalé fait partie des plus jeunes déportées au camp de concentration de Ravensbrück. Forcée à travailler pour une usine d'obus près de Leipzig en 1944, elle survivra à deux ans d'horreur.

Retrouvez son interview par vidéo interactive sur ce lien : bit.ly/2yUf3q4.

Mise à jour du 24 avril à 9h

La cérémonie aura finalement bien lieu dans un format adapté aux règles sanitaires.
En effet, l’Etat a demandé à ce que cette cérémonie puisse se dérouler en présence uniquement du maire et du sous-préfet, à l’exclusion de toute autre personne. David Samzun, maire de Saint-Nazaire, attaché au symbole de ces cérémonies et au devoir de mémoire a, bien entendu, accédé à la demande de l’Etat et sera présent, ce dimanche, pour un dépôt de gerbe, à l’occasion de la cérémonie en mémoire des victimes de la Déportation.